CAPC
musée d'art contemporain
de Bordeaux

Exposition

20.06.2019 -> 22.09.2019

Ruth Ewan

It Rains, It Rains

Dans le cadre de la saison culturelle Liberté ! Bordeaux 2019, l’artiste écossaise Ruth Ewan investit l’espace emblématique de la nef du CAPC pour sa première exposition monographique en France. It Rains, It Rains emprunte son titre à la chanson folklorique « Il pleut, il pleut, bergère » écrite par le poète, acteur et homme politique révolutionnaire Fabre d'Églantine, qui aurait récité calmement les paroles de la chanson lors de sa propre exécution en 1794.

----

Le projet de Ruth Ewan se compose d’une installation – Back to the Fields, conçue en 2015, mais entièrement revisitée pour l’occasion – et d’objets qui dérivent du calendrier républicain. Au lendemain de la Révolution française, en 1793, la République abandonne le calendrier grégorien en faveur d'un modèle entièrement nouveau – le calendrier républicain, qui devient le calendrier officiel de la France pour les douze années suivantes, portant et prolongeant les idéaux de la nouvelle République directement dans la vie de chaque citoyen. À l’image du démantèlement de l'Ancien Régime, le temps lui-même est ainsi réorganisé.

Au motif que « le temps ouvre un nouveau livre à l’histoire », les mois et les semaines sont restructurés. En collaboration avec des artistes, des poètes, des scientifiques et des horticulteurs, parmi lesquels Fabre d’Églantine et le mathématicien Gilbert Romme, les saisons et les jours sont renommés pour évoquer la nature et l'agriculture. Les noms des mois rappellent chacun un aspect du climat français (octobre : brumaire, période des brumes et des brouillards) ou des moments importants de la vie paysanne (septembre : vendémiaire, les vendanges). Chaque jour est caractérisé par le nom d’un produit agricole, d’une plante, d’un animal ou d’un outil en lieu et place des noms des saints du calendrier traditionnel.

Rassemblant les 360 objets utilisés pour désigner les jours de l'année, parmi lesquels des arbres, des plantes, des os, des minéraux ou encore des outils, l’installation Back to the Fields réactive ce calendrier dont elle offre une traduction dans l’espace ou une version grandeur nature. À cette œuvre, Ruth Ewan adjoint une série d’objets correspondant aux « sans-culottides » : ces cinq jours chômés – six lors des années bissextiles – dits aussi « jours complémentaires », ajoutés après le dernier mois de l’année et permettant d’atteindre le nombre de 365 jours de l’année solaire, célébraient quant à eux différentes qualités (la vertu, le génie, le travail, l’opinion, les récompenses, la Révolution). Pour les représenter, Ruth Ewan a produit six nouvelles pièces, qui mettent en avant le caractère cyclique caractérisant chacune de ces notions, que ce soit à travers le modèle saisonnier de la nature, les rythmes agricoles, le phénomène de reflet, la mesure du temps ou le cycle menstruel du corps féminin.

Commissaire : Alice Motard 
assistée d'Alice Cavender et Émeline Vincent

Née en 1980 à Aberdeen, en Ecosse, Ruth Ewan vit et travaille à Glasgow. Elle est représentée par la galerie Rob Tufnell, Londres/Cologne.

Back to the Fields a été présentée en 2015 au Camden Arts Center de Londres ainsi qu’à la Biennale de São Paulo, en 2016.

 

 

En collaboration avec : le Jardin Botanique de Bordeaux ; le Centre de production végétale mutualisé, Direction des espaces verts, Direction générale haute qualité de vie de Bordeaux Métropole. 

Avec des prêts de : Amorim France ; Château Haut-Bailly ; les Collections de biologie animale de l'Université de Bordeaux ; Guillaume Devoyon ; l’Écomusée de la vigne et du vin, Gradignan ; l’Écomusée de Marquèze, Parc naturel régional des Landes de Gascogne ; le Frac Champagne-Ardenne ; Pierre Grangé-Praderas ; Jean-Louis Hillairet ; MisSa Blue ; le Musée André Voulgre, Musée des arts et traditions populaires du Périgord ; le Musée d'Aquitaine, ville de Bordeaux ; le Musée Basque et de l’histoire de Bayonne ; l’UF Sciences de la Terre et de l’Environnement, Université de Bordeaux ; l’unité de recherche PACEA (De la Préhistoire à l’Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie), Université de Bordeaux, CNRS et ministère de la Culture ; Valcadis.

Mécène : TRUFFAUT.

Avec le soutien de Creative Scotland et de Fluxus Art Projects.

 

 

 

----

-> Nef du musée
-> Voie d'accès pour personnes handicapées
-> Tarifs : Entrée du musée, 7€ ; 4€ (tarif réduit)

----

www.rosab.net
Web magazine en ligne

> la collection en ligne <