CAPC
musée d'art contemporain
de Bordeaux

Exposition

09.02.2012 -> 02.09.2012

Façade

Michel Nguie

En 2008, le CAPC installait à l’angle de la rue Ferrère et de la rue Foy, l’œuvre Sans titre (Perceptible Erosion) de Vittorio Santoro, qui appartient désormais à la collection du musée. Composée de plusieurs mots en néon, qui s’allument et s’éteignent à intervalles lents et réguliers, l’œuvre activée à la tombée de la nuit, instaure un dialogue aléatoire avec les passants et signale le musée de manière poétique.

----

Le projet Façade permet au musée de continuer à explorer et développer des modalités d’apparition dans l’espace public. Prenant à contre-pied les us et coutumes de la communication, le musée propose à de jeunes artistes d’intervenir sur les espaces d’affichage extérieurs de l’Entrepôt Lainé – de part et d’autre de l’entrée principale. En anglais, le mot « façade » évoque aussi les faux-semblants, le jeu trompeur des apparences. Le titre, dont la cédille est inversée, joue sur cette ambigüité entre le mot tel qu’il nous apparait lors d'une première lecture et le soudain renversement des choses lorsque l'attention se fixe.

Michel Nguie a choisi de présenter deux images de sa série Ataraxie. Sur la photographie de gauche, une fillette, au milieu des hautes herbes, face à l’objectif, est parée d’un masque de personnage de film d’animation. Dans ce décor champêtre et familier l’apparition de ce visage laisse un sentiment d’étrangeté. Sur celle de droite, un homme se tient assis, penché sur ses genoux, la tête dans les bras, comme en prière douloureuse, l’image est légèrement floue, rendu presque poisseuse par la lumière artificielle.  Telles deux vigies monumentales et étranges, ces deux personnages semblent veiller, en attente de rencontrer ou de défier les visiteurs du musée.

Michel Nguie
Né en 1983, il commence la photographie en 2008, date d’achat de son premier boitier. Un auto-apprentissage débuté au numérique qui a rapidement évolué vers la photographie argentique. Un choix motivé par l’esthétique du film, mais surtout par les contraintes du processus technique apportant réflexion, patience et espérance. Au cœur de son travail, l’observation de l’individu et des évènements de son quotidien, aux apparences anodines qui comportent une étrangeté indéfinissable, un petit accroc dans une normalité apparente.
Son travail Ataraxie a été présenté une première fois dans le cadre de la manifestation « Imaginez maintenant » organisée par le CAPC à Bordeaux en juillet 2010.
Michel Nguie vit à Bordeaux.

----

-> Sur la façade du musée
-> Voie d'accès pour personnes handicapées

----

www.rosab.net
Web magazine en ligne

> la collection en ligne <