CAPC
musée d'art contemporain
de Bordeaux
<- Saturday 18 May 2019 ->

• 18 May 2019 - 22h > 22h45

MUSIC // A L'OCCASION DE LA NUIT EUROPéENNE DES MUSéES 2019 //

DIDIER LASSERRE / MATHIAS PONTEVIA
Drums Noise Poetry: Chess & Chase
----

« Chess » : jeu d'échecs en anglais, « Chase » : course poursuite musicale issue du jazz : de cette idée de mêler les échecs et la musique, l'évidence d'un échange à flux(us) tendus entre les deux percussionnistes s'est imposée tout naturellement, avec en point de mire tout autant les joutes percussives de Max Roach & Joe Jones que les parties d'échecs de Marcel Duchamp & John Cage !

Et, pour entrer en correspondance avec l'œuvre de Takako Saito, pas de vainqueur ici, mais la célébration « d'une épiphanie de sensations ».

----

 

Didier Lasserre / Mathias Pontevia

Ces deux compères jouent ensemble depuis 2002 derrière leur instrument, manipulant cymbales, ferrailles, tambours, et objets incongrus, renouvelant l'approche, l'image et la sonorité de la batterie. Didier Lasserre est un poète du son, minimaliste par son matériel et généreux par ses dynamiques et propositions, il exploite la moindre parcelle de bronze et de peau.

Mathias Pontevia utilise une batterie horizontale, et au-delà d’une certaine brutalité d’approche, il extirpe et brouille les sons de leurs sources. La musique du Drums Noise Poetry est composée dans l’instant par une recherche d’une poésie sonore faite d’écoute et de contemplation des sons et des lieux.

 

Mathias Pontevia
Installé à Bordeaux, Mathias Pontevia pratique essentiellement l'improvisation libre à la batterie horizontale mais aussi la prise de son, la composition électro-acoustique avec ordinateur et l’écriture pour le grand orchestre.
Il travaille sur une batterie dite horizontale, au sein de laquelle la grosse caisse est placée à plat. Les peaux offrent ainsi une grande surface de travail et les tambours sont utilisés non seulement pour les impacts mais aussi comme caisses de résonance, amplifiant naturellement les objets manipulés ou déposés : cymbales, ferrailles, bois...
Sa gestuelle est celle d’un batteur, utilisant mains et pédales, il extirpe de l’instrument une variété infinie de sonorités et de textures, des feulements et souffles infimes aux hurlements et frappes d’une sauvagerie inouïe.
La batterie de Mathias Pontevia n’est pas tant une machine rythmique qu’un générateur de vibration ; sa musique ne soutient ni n’accompagne, mais vise la fluidité des rapports avec ses partenaires et leur pratique, par l’échange, la transmission ou la transgression des énergies, par les déplacements d’air et des vibrations sonores.

 

Didier Lasserre
Né à Bordeaux en 1971, Didier Lasserre vit et travaille entre sa ville natale et Quinsac, aux portes de l’Entre-deux-Mers.
« Mes racines musicales sont le free jazz et l’improvisation, que je pratique depuis une vingtaine d’années, et dont témoignent beaucoup de disques et de nombreux concerts en clubs, festivals, musées, galeries et autres, à travers l’Europe et au-delà.
Depuis toujours, me semble-t-il, et de manière paradoxale vis-à-vis de mon activité de percussionniste « free », je me suis intéressé à ce que l’on appelle communément le silence, ainsi qu’aux dynamiques très douces, travaillées comme un passage pour accéder à cette zone silencieuse.
Je me questionne aussi et surtout sur ce que je considère toujours comme un mystère : comment le son joué peut-il venir troubler l’écoulement du temps ? »

 

----

-> Nef du musée
-> Disabled access
-> Price: Gratuit
-> Free entrance

----

www.rosab.net
Web Magazine Online

> la collection en ligne <