CAPC
musée d'art contemporain
de Bordeaux
<- mercredi 24 mai 2017 ->

• 24 mai 2017 - 19h

RENCONTRE

CLAUDE RUTAULT / JEAN-HUBERT MARTIN
Entretien autour de "Collection de 4 définition/méthode n°68-1978, sous-titre : art pour art"
----

Mercredi 24 mai à 19 heures, rencontre entre Claude Rutault et Jean-Hubert Martin autour l'œuvre Collection de 4 définition/méthode n°68-1978, sous-titre : art pour art, présentée dans le cadre de l'exposition permanente [sic] œuvre de la Collection du CAPC.

Une œuvre qui met en jeu une relation contractuelle singulière entre l'artiste et le collectionneur.

----
Collection de 4 définition/méthode n°68-1978
sous-titre : art pour art

Ensemble de 37 œuvres comprenant des peintures, dessins, gravures du XVIIIe siècle à nos jours reçues par l'artiste en contrepartie de l'échange engagé depuis 1980 entre l'artiste et un collectionneur.

 

Protocole de l’œuvre (par Claude Rutault)

"le nombre de toiles est décidé en accord entre l'artiste et le preneur en charge au moment de la réalisation. l'acquisition, c'est-à-dire la réalisation, ne s'effectue pas selon la procédure habituelle, mais par simple échange : en contrepartie de chaque toile, sans limite a priori, le preneur en charge donne à l'artiste une œuvre de sa collection, la seule restriction étant qu'il ne s'agisse pas d'un multiple à cause de la possibilité de remplacement. minimum d'un échange par année. les dimensions et l'accrochage de chaque toile sont déterminés en accord entre l'artiste et le preneur en charge. au moment de la réalisation, laissée à la responsabilité de celui-ci, chaque toile est peinte de la même couleur que le mur sur lequel elle est accrochée. un descriptif de la situation de l'oeuvre, descriptif habituel accompagnant mes travaux plus la liste des oeuvres échangées, est établie au moment de la réalisation et doit être actualisée à chaque modification. la peinture prend une forme définitive à la mort de l'une des deux parties."

Claude Rutault
Extrait de la définition/méthode n°68-1978

 

Claude Rutault

Longtemps associée de manière réductrice à l’art conceptuel, la peinture de Claude Rutault (1941, Les Trois Moutiers) suscite aujourd’hui un intérêt nouveau pour la scène artistique contemporaine. En 40 ans, l’artiste a élaboré un corpus conséquent de textes qui précèdent sa peinture et qu’il nomme définitions/méthodes. Ces énoncées théoriques définissent et fixent les conditions de réalisation de sa peinture depuis 1973. Le principe "peindre une toile de la même couleur que le mur sur lequel elle est accrochée" est une  injonction qui invite le "preneur en charge" à réaliser cette action et constitue pour l’artiste un acte politique lui permettant de questionner tous les codes qui traversent l’histoire de la peinture.   

 

Jean-Hubert Martin

Jean-Hubert Martin, diplômé en histoire de l’art, fut directeur de la Kunsthalle de Berne, du Musée national d’art moderne du Centre Pompidou, du Musée national des arts d’Afrique et d’Océanie de Paris et du Museum Kunst Palast de Düsseldorf. Il a dirigé les programmes artistiques du Château d’Oiron et du Padiglione d’Arte Contemporanea à Milan. Son intérêt pour les cultures non occidentales l’a conduit à concevoir des expositions décloisonnées en confrontant des œuvres de caractère hétérogène et à favoriser ainsi un renouvellement du regard (Théâtre du monde, MONA, Hobart et Maison Rouge, Paris, 2012-13 et Carambolages, Grand Palais Paris, 2016). Il a été commissaire de nombreuses biennales et expositions d’envergure : Paris - Berlin (1978), Paris - Moscou (1979), Magiciens de la terre (1989), Une image peut en cacher une autre (2009) Salvador Dali (2012) et L’étrange cité d’Ilya et Emilia Kabakov (2014).

 

 

 

----

-> Auditorium du musée
-> Voie d'accès pour personnes handicapées
-> Tarifs : Gratuit
-> Entrée libre

----

www.rosab.net
Web magazine en ligne

> la collection en ligne <