CAPC
musée d'art contemporain
de Bordeaux
<- mercredi 28 mars 2018 ->

• 28 mars 2018 - 19 heures

CONFéRENCE

CAMILLE DE TOLEDO
Et la rivière Whanganui devint humaine… Autour de l’émergence des sujets non-humains
----

 

Le 15 mars 2017, il y a un an, le Parlement de Nouvelle-Zélande a doté la rivière Whanganui d’une « personnalité juridique » donnant ainsi à un entité naturelle le droit, notamment, de se défendre en justice. Mais comment une rivière peut-elle accéder à la « personnalité juridique » ? Par quelle fiction de droit ? Qui la représente ? C’est cet « événement ontologique » provoqué par la loi néo-zélandaise que Camille de Toledo cherchera à déplier pendant cette conférence dans le sillon de son livre coécrit avec les théoriciens de l’art, Aliocha Imhoff et Kantuta Quiros, Les Potentiels du temps, paru en septembre 2016. Il s’agira notamment de proposer une histoire de ces « fictions à venir » ou « potentielles », à partir d’une histoire partagée de la destruction, entre les sujets traités comme choses et les choses accédant, par un effet de feed-back, au statut de sujet.

Depuis le tournant de l’anthropocène, où nos régimes humains de production et de consommation sont devenus le premier agent du changement climatique, nombreuses sont les propositions pour concevoir et inventer un « plus vaste parlement » où il serait possible de négocier avec la nature. C’est bien les conditions de possibilité de cette « négociation » que la loi néo-zélandaise actualise en reconnaissant la « personnalité juridique » de la rivière Whanganui. Mais quelles nouvelles fictions - fictions de sujets - faut-il légalement reconnaitre pour permettre cette négociation ? Quelle nouvelle carte juridique doit être déployée pour que de telles négociations puissent avoir lieu ? Et quel monde à venir se dessine à partir de là ?

Camille de Toledo est l'invité du séminaire collectif "Que (ne) peuvent (pas) la littérature et les arts?", assuré par Jean-Paul Engélibert, Apostolos Lampropoulos et Isabelle Poulin, Professeur.e.s de Littérature comparée à l'Université Bordeaux Montaigne. Ce séminaire, adressé principalement aux étudiant.e.s de Master 1, porte sur le livre Les potentiels du temps. Art et politique (Paris, Manuella éditions, 2016).

 

 

Camille de Toledo (CHTO) est écrivain, artiste. En 2004, il obtient la bourse de la Villa Médicis. En 2005, il entreprend l’écriture de Strates, une archéologie fictionnelle où l’on voit apparaître pour la première fois le thème du vertige. Toledo travaille à une forme d’écriture étendue, inséparable d’une recherche théorique et intégrant, selon les destinations, les espaces et les lieux, de multiples médiums. Au printemps 2008, il fonde la Société européenne des auteurs (www.seua.org) pour imposer la « langue du traduire ». Toledo a œuvré à plusieurs projets à la frontière de la littérature, des arts plastiques, de la recherche, avec des institutions telles que le centre Marc Bloch de Berlin, le centre d’art Halle 14 à Leipzig, l’Astrup Fearnley Museet à Oslo, le New Museum à New York. En 2016, pour Capitalist Melancholia, l'exposition qu'il conçoit avec François Cusset et Michael Arzt au centre d'art de la Halle 14, il propose trois nouveaux environnements : « Le Cimetière du futur », « La Bataille du présent et du passé » et « Capitalist Melancholia ». Parmi ses derniers livres parus : Les Potentiels du temps avec Aliocha Imhoff et Kantuta Quiros et Le Livre de la Faim et de la Soif (Gallimard, 2017). Il est actuellement en résidence à la Maison Max Ernst où il présente un solo show, « Suspended Life », ainsi qu’un cycle de conférence : « Ecrire la légende » sur les rapports entre texte et photographie.

 

Cette conférence, organisée dans le cadre d'une collaboration entre le CAPC et l’Université Bordeaux Montaigne, bénéficie d'un soutien de l'équipe de recherche TELEM (Textes, Écritures, Littératures et Modèles) de l'Université Bordeaux Montaigne. 

 

 

----

-> Auditorium du musée
-> Voie d'accès pour personnes handicapées
-> Tarifs : Gratuit
-> Entrée libre

----

www.rosab.net
Web magazine en ligne

> la collection en ligne <